Se mettre dans l'ambiance : le sapin

Publié le par Carole


Cette semaine, une nouvelle ambiance qui m'amènera obligatoirement à parler du sapin.


Noel bois.JPG


La plus ancienne mention écrite du sapin de Noël remonte à 1521 en Alsace. Au début du XVIè siècle, le sapin orné s'invite dans les lieux de réunion des corporations et sur les parvis des églises. On y jouait « les mystères de Noël » , des petites saynètes, dont le but était de catéchiser les foules. Dans ces contes religieux, le sapin évoque le jardin d'Eden et se décore, alors de pommes et d'oublies (hosties non consacrées). La pomme rappelle le péché d'Eve et la chute d'Adam; l'hostie le pardon, la Rédemption par l'Eglise fondée par le Christ. La coutume se perpétue jusqu'au XIXè siècle.

C'est au début du XVIIème siècle que le sapin va finalement entrer dans les maisons des particuliers. Très vite, il se couvre de bonbons, de pains d'épice, de noix dorées ou argentées, de fils d'or et d'argent, confectionnés par de jeunes brodeuses. On appelait ça des « cheveux d'ange ».

La tradition était née et s'implanta en Alsace. Avec le protestantisme, elle se répandra ensuite dans toute l'Europe. C'est la diaspora alsacienne, fuyant l'Alsace après la guerre de 1870 qui va la diffuser dans le monde entier.


Photo 695.jpg


Au début du XIXè siècle, Noël n'est plus uniquement un temps fort religieux, c'est devenu une réunion de famille avec son cortège de repas, cadeaux et ornements en tout genre.

D'ailleurs, c'est au début du XIXè siècle que le sapin de Noël ayant perdu sa connotation religieuse, va devenir l'expression de la richesse des classes bourgeoises et aristocratiques. Se développe alors une abondante production d'objets d'ornement.

C'est d'ailleurs en 1858 à Meisenthal que l'on produit les premières boules de Noël en verrre. Un verrier a eu l'idée d'accrocher au sapin des boules qu'il venait de souffler pour remplacer les fruits traditionnellement utilisés, mais qui venaient à manquer cette année là.

D'ailleurs, si ça vous tente, faites une petite promenade sur le site de la verrerie de Meisenthal


Pain d'épice


1kg de farine, 500g de miel, 170g de sucre en poudre, 250g d'amandes hachées grossièrement, 20g de mélange d'épices à pain d'épices (5g de cannelle, 5g de clous de girofle, 5g de cardamome, 5g d'anis vert, le tout moulu) 1 zeste de citron non traité, 1 verre à liqueur de kirsch, 1 cuillère à café de carbonate de potassium


Mélangez tous les ingrédients. Incorporez peu à peu la farine. Ajoutez en dernier une bonne cuillère à café de carbonate de potassium. Si la pâte est trop sèche, ajoutez un peu d'eau. Laissez la reposer jusqu'au lendemain. Sur une table farinée, abaissez la pâte sur un centimètre d'épaisseur. Découpez à l'emporte-pièce en forme de coeur ou de bonhomme. Posez sur une tôle beurrée, décorez avec des demi-amandes pelées. Faites cuire à four moyen environ 20 mn (th 5-6). Vous obtiendrez un pain d'épices très croustillant. Pour un pain d'épices plus moelleux, faites cuire le sucre avec un peu d'eau et le zeste d'un citron. Incorporez ce sirop à la préparation. La cuisson terminée, attendez quelques jours avant de déguster.


A la semaine prochaine !

Publié dans Noël

Commenter cet article